Bibliographie

La temporalité dans le soin par Brigitte Greis

Format : 14,5 x 21 - 88 pages

SIPAYAT
ISBN : 978-2-919228-24-9
Prix : 12 Euros
(frais de port offerts)

L'AUTEUR

Brigitte Greis est infirmière libérale depuis 36 ans dans un quartier populaire. Elle a étudié la philosophie. Formée aux soins palliatifs, elle est leader accrédité de la société médicale Balint, membre de l'observatoire francophone de la médecine de la personne et auteur de : De la perte de soi au soin des autres : Essai de psychologie autour de la relation soignant/soigné chez DOIN en 2007.

 

L'OUVRAGE

Aborder le thème de La temporalité dans le soinnécessite de sortir du langage scientifique convenu. Comment dire autrement que dans une langue évocatrice et poétique, une langue qui recrée les images et les sensations partagées par les soignants, comment dire autrement l'attachement au patient, la répétition des gestes et la surprise des événements, les subtilités et les ambivalences de l'acte de soin ? Comment évoquer aussi l'imbrication des vies personnelle et professionnelle quand le vécu des patients croise celui des soignants et de leur proches ? Par petites touches, par vignettes éloquentes, Brigitte Greis nous parle de son métier d'infirmière, de ce que porter soin signifie. Les sensations fugitives ressenties dans la rencontre autour du soin nourrissent l'incertitude nécessaire pour dépasser l'arrogance d'un certain savoir médical. En montrant qu'il reconnaît la singularité de la personne, le lien dans la relation entre l'infirmière et le patient devient alors soignant. Et grâce à cette langue riche mais pudique, expressive mais distanciée, nous touchons à la vérité de la relation de soin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A LIRE :

 " INTELLIGENCE DU CORPS " par Ingrid Auriol*

Edition La nuit surveillée, CERF ,2013.

En quoi le corps participe-t-il de l'entente que l'homme a du monde ? Que signifie dès lors écouter ? Comment établir un rapport juste à l'animal ? Quel sens prêter aux couleurs ? Pourquoi la tonalité décisive de notre rapport au monde peut-elle advenir à la faveur d'expériences olfactives et gustatives ? En quoi la tactilité incite-t-elle à considérer le corps vif comme une donnée originaire et à reconnaître qu'il est bien une vulnérabilité dotée d'aptitudes qui nous dispose au monde ? Comment l'angoisse, révélée et cachée tout à la fois par la maladie, est-elle chevillée au corps de l'être-au-monde, le Dasein ? Qu'en est-il du corps dans la nostalgie, dans la mélancolie, dans l'ennui et dans la joie ? Pourquoi la coexistence, supposant relations et rencontres, implique-t-elle l'articulation des corporéités vives comme dans le tact sensitif ou dans la jalousie amoureuse et dans l'amour pensé en terme de tonalité érotique ? Comment comprendre la mobilité et parvenir ainsi jusqu'à l'éminente dignité ontologique du mouvement ? De quoi la pensée est-elle redevable au corps ? Telles sont les questions qui jalonnent cet ouvrage. Par son orientation résolument phénoménologique, l'Intelligence du corps entend renouveler l'entente du phénomène le plus proprement humain et, cependant, le plus malmené par la métaphysique. Prenant librement appui sur les vues inouïes de Martin Heidegger, consciente de l'actuelle soumission du corps de l'homme à l'arraisonnement technique, Ingrid Auriol ouvre une voie d'accès à l'intelligence du corps libérée de cette violence.

 

* Ingrid Auriol, professeur agrégée et docteur en philosophie, enseigne en Khâgne à Poitiers. Elle a traduit Aristote, mais aussi Heidegger.


« APPROCHE CLINIQUE DE QUELQUES MÉCANISMES PERVERS NARCISSIQUES »​

La face cachée de la relation 

Préface de Maurice Hurni 

Souad Ben Hamed-Vernotte 

Editions L'Harmattan

Couverture souad

ISBN : 978-2-343-09927-9 • septembre 2016 • 76 pages • Prix éditeur : 11,50 euros

PrésentationPrésentation

 

 


« MON COMBAT POUR UNE PSYCHIATRIE HUMAINE »​

par Pierre DELION avec Patrick COUPECHOUX, éd. Albin Michel

Delion

Ce livre retraçant l'itinéraire d'un grand professionnel de la psychiatrie accompagné par un journaliste de renom nous démontre en détails que la révolution apportée dans l'après guerre avec la psychothérapie Institutionnelle, la psychiatrie de secteur a été d'une grande fécondité qu'il nous appartient de consolider aujourd'hui pour l'avenir. Profondément humaine. Une clinique à la portée de tous. (source Guy Baillon - Mediapart.fr)

 

 


PANORAMIQUE BION

sur James GROTSTEIN : un rayon d’intense obscurité 
Ce que Bion a légué à la psychanalyse
Ithaque 2016
 

Lecture de Simon-Daniel Kipman :


En 2007, James Grotstein ( né en 1025 et mort en 2015) publiait cet ouvrage de référence sur l’oeuvre de W.R. Bion, dont il fallait à l’époque lire les quelques 500 pages en anglais. Beaucoup, dont je fus, galèrent en route. Et le «grotstein « fut plus connu par les références qu’on y faisait, et les critiques peu élaborées qu’on lui faisait; qu’on lui opposait plus que par une bonne connaissance de cet auteur pourtant prolifique, et , jusqu’à ce jour inconnu en français.
C’est d’ailleurs, presque en regard, la même aventure, la même mésaventure qui arriva à Bion partout cité, souvent peu lu, et, à ce titre réputé auteur difficile et parfois abscons.
Un groupe de travail d’une dizaine de personnes en a fait la traduction, et c’est un double hommage qu’on peut leur rendre: celui d’avoir enfin fait connaitre ce livre; celui d’avoir réalisé un magnifique travail en commun, comme un de ces «groupes à tâche» décrits par Bion.

Ce livre se veut exhaustif et peu historique. En effet, Bion mérite mieux que des anecdotes de vie, même si sa vie a été extraordinaire à plus d’un titre. En trente et un chapitres et un épilogue, tout l’oeuvre de Bion est passée en revue, de ses avancées techniques  ( chap. 7), à « Bion, mathématicien, mystique, psychanalyste» ( chap. 9), en passant par la quête de la vérité ( chap. 13 et 14) et le mensonge ( chap.15 ).
Si Bion a montré la voie à saisir les «incertitudes non linéaires», Grotstein montre bien qu’on peut faire de Bion un «génie», un surhomme nietschéen, ou un homme tout simple, donc complexe, confronté à la complexité du monde qui l’entoure.
Et c’est en cela qu’il peut nous guider dans nos quêtes d’une médecine de la personne, pleine de ces «incertitudes non linéaires» justement.

Il est impossible de résumer ou de réduire à quelques concepts clés le travail énorme de Grotstein ( comme celui de Bion d’ailleurs). Nous sommes obligés de l’aborder segment par segment, tout en sachant, à chaque  fois, que nous dénaturons et la complexité de l’oeuvre, et celle de la pensée, et de l’objet de ses recherches. Mais nous devons, à chaque fois, intégrer, digérer les idées de Bion ( ou Freud, ou Grotstein ). (Je viens ‘écrire «digérer» et l’on sait combien les métaphores digestives sont importantes pour Bion )
On est du même coup amené à relativiser ces idées tout à la fois à l’air du temps, à la situation présente     (schématiquement  la «séance»), et à nos intuitions les plus inconscientes..
Rude tâche à l’issue de laquelle « on ne peut qu’être un psychanalyste s’autorisant  lui, même à s’in-former en s’immergeant dans la lecture de Bion et en «devenant « Bion» ( P. 23)

SDK mai 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

pour une prescription de la relation

par Paul Grand'Maison et Jean Proulx

Vient de paraître chez Médiaspaul

Livre proulxGuérir est humain

 

Patients et soignants partagent aujourd’hui le désir d’une approche profondément humaine de la santé comme de la maladie. Le patient est convié à miser sur ses propres forces de guérison, puisant au sens de sa vie et de sa souffrance, à sa confiance et à son désir de vivre. Son médecin est appelé à en prendre soin comme d’une personne à part entière, refusant ainsi de se limiter à la conception étroitement scientifique de sa profession qui prévaut trop souvent. Science mais aussi relation, la médecine est en effet le lieu d’authentiques rencontres propres à transformer intérieurement le soignant. 

Les auteurs de ce livre nous invitent à un regard croisé sur la souffrance à partir de leurs expériences respectives de patient et de médecin. Leur réflexion à deux voix s’adresse à ceux que la maladie éprouve comme à leurs proches, au personnel soignant comme aux étudiants et aux facultés de médecine. Elle saura convaincre qu’au cœur de l’épreuve et dans l’espoir de la guérison, l’être humain a un riche éventail de cartes à jouer.

Paul Grand’Maison est médecin de famille. Il a occupé de nombreux postes de direction à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et a reçu plusieurs prix nationaux pour sa contribution à l’éducation médicale, dont le Prix du président de l’Association des facultés de médecine du Canada. Sur le plan personnel, il a accompagné son épouse atteinte d’un cancer durant près de 10 ans.

Philosophe et écrivain, Jean Proulx est l’auteur de plusieurs essais sur le sens de la vie, dontÉcoute en toi cette sublime musique(Médiaspaul 2014). Son propos s’enracine ici dans son expérience passée de la maladie.

 

Guérir est humain
Paul Grand'Maison, Jean Proulx • Médiaspaul               
ISBN 978-2-89760-049-5 • 244p. • 26,95$

Contact : Denis Guérin – 514-322-7341 poste 2236    presse@mediaspaul.ca


Sélection de livres proposée pour le prix ESCULAPE qui a été décerné au cours du 2ème congrès francophone de la Médecine de la Personne pour une oeuvre littéraire traitant de la santé physique ou psychique

- "De peur que j'oublie" de Marie-Noël RIO, éditions du Sonneur, mai 2014

- "Bad Girl" de Nancy Huston, éditions Actes Sud, octobre 2014

- "L'idée ridicule de ne jamais te revoir" de Rosa Monteiro, éditions Metaillié, janvier 2015 

- "Histoires naturelles de l'oubli" de Claire Fercak, éditions Verticales, janvier 2015 

-"Bravo" de Régis Jauffret, éditions du Seuil 2015

-"Tours de garde" de Antoine Piazza, éditions La brune au Rouergue, 2014


   prix-esculape-20-nov-2015.pdfprix-esculape

 


Bibliographie                

- "La consultation psychiatrique, de l'examen à l'échange", Simon-Daniel Kipman, Doin, Thématiques en santé mentale, 2008

- "Les dieux intimes, aspects individuels et collectifs de conviction", DOIN, Thématiques en santé mentale, 2004

- "Un manifeste de la médecine de la personne", ouvrage collectif sous la direction de Simon-Daniel Kipman, Doin, 2009

- "L'oubli et ses vertus", Simon-Daniel Kipman, Albin Michel, 2013

- "De la perte de soi aux soins des autres", Brigitte Greis, Doin, Thématiques en santé mentale, 2007

- "Cancer. Regards croisés d'une patiente et d'un psy", Catherine Chaboux-Hales,  Doin 2012

- "Face à la maladie grave",  Martine Ruszniewski, Dunod, 1999

- "La relation médecin-malade , information et mensonge", Sylvie Fainzaing, PUF, 2006

- "Comprendre pour accompagner", Roger Gil, L'Harmattan, 2011

- "Alzheimer. Le malade, sa famille et les soignants", Dominique-Alice Decelle, Albin Michel 2014

- "Lien conjugal et vieillissement, travail en réseau et pratiques d'accompagnement", sous la direction de Michel Billé, ERES 2014

- "Dépendance, quand tu nous tiens", Michel Billé, Marie-Françoise Bonicel, Didier Martz, ERES 2014

- "L'annonce. Dire la maladie grave. Pour une parole qui accompagne", Martine Ruszniewski, Gil Rabier, DUNOD,2015

-" Monstres contemporains", Médecine, société et psychanalyse, sous la direction de C.Masson et C.Desprats-Péquignot, collection Pandora, Editions in Press, 2015

 

Dsc 226

 9782226251527fs 1